Audit social


 

 

Frédéric Lefebvre-Naré

Ingénieur et économètre,            expert des data comportementales ; cabinet Isée dataSTRATEGIES.

Objectifs pédagogiques

Connaître et comprendre les méthodes et outils permettant d’analyser les différentes composantes, individuelles et collectives, du travail salarié, en intégrant les objectifs des personnes, ceux des entreprises, et les contraintes réglementaires.

Ce cours vise à initier aux démarches et aux principales techniques d’audit social. Il partira de l’expérience individuelle du travail salarié, et de la perception que l’on peut en avoir comme responsable ou subordonné, et conduira aux modèles de la relation sociale sur lesquels s’appuient les cabinets d’audit et les partenaires sociaux, DRH et organisations syndicales. Il parcourra les principaux thèmes et outils du champ : santé et bien-être au travail, engagement des salariés et évaluation en RH, bilans sociaux et RSE. Il prendra en compte la numérisation de l’information : LinkedIn, Glassdoor, etc.

Règles du cours :

  • Apprendre en faisant
  • Tout est faisable sur place en cours
  • Ordinateur (avec accès internet et Excel ou équivalent, Powerpoint ou équivalent), téléphone, papier, crayon

Plan du cours

 

 

Sujet. Les séances marquées * serviraient au contrôle continu, qui peut cependant, par définition être continu 😉

Approche pédagogique prévue

Cours 1

Cartographie de la relation entreprise-salarié·e

Animation en « focus group » partant de l’expérience propre des étudiants (stages antérieurs, y compris à l’âge du collège…).

Cours 2

Des phénomènes à leur mesure : créer des indicateurs mesurables par questionnaire.

Échelles de réponses, ordre thématique, anonymat…

Exploitation du cours 1 : formalisation des thèmes comme questions fermées.

TD 1

Pratique du questionnaire : sensibilité et fiabilité des mesures à l’échelle individuelle

Enquête miroir auprès d’un·e salarié·e et de son encadrant·e*, par téléphone pendant le TD, individuellement, sur RV pris auparavant. Analyse en binôme puis collective.

Cours 3

Les risques psycho-sociaux (RPS)

Les cours 3-4-5 étendent l’expérience des cours 1-2 et du TD1 en les formalisant.

Cours 3 : analyse sur la base du rapport Gollac, sous l’angle des risques eux-mêmes (non des indicateurs ou questions)

Cours 4

Approche globale de la santé sécurité au travail (SST) et de la prévention des risques professionnels (PRP) : exemple de la MSA*

Analyse sur la base du bilan du plan SST 2011-2015 de la CCMSA.

Eventuellement témoignage d’une professionnel de la MSA ou d’un intervenant externe.

Aperçu de l’organisation SST/PRP dans le régime général.

Cours 5

Santé au travail et risques psycho-sociaux : échelles, modèles et auteurs

Travail en binômes et présentation : échelles de Karasek, Siegrist, GHQ et HAD, PSS, échelles numériques de stress, harcèlement (Quine et fondation de Dublin).

Introduction à la psychodynamique du travail : Christophe Dejours, à partir de Maranda (1995).

TD 2

Analyse statistique des principaux facteurs de risque sur une enquête RPS réelle*

Travail sur fichier « Excel » sur un fichier réel anonymisé.

Cours 6

Le cadre des audits : CHSCT/CSE, relation patronat-syndicats, risque grave ; cas des suicides et tentatives.

Les cours 6, 7, 8 reprennent et approfondissent les sujets des cours 3, 4, 5 dans 3 perspectives d’acteurs : partenaires sociaux, directions générales de grandes entreprises, salarié individuel et ses interlocuteurs.

Approche juridique du « modèle social français » et de son évolution avec la création du CSE.

Cours 7

Grandes et très grandes entreprises : bilan social, baromètres sociaux, mesure de l’absentéisme, marque employeur et attractivité*

Travail sur table : analyse d’un bilan social (différent par étudiant), comparaison entre différentes entreprises.

Evaluation des entreprises par leurs salariés sur Glassdoor : thématiques majeures.

Cours 8

Engagement des salariés et évaluation individuelle

Les outils RH du point de vue des directions : test et analyse d’outils réels.

« Google-isation », Facebook, et lecture des profils LinkedIn : angles de vue sur le salarié ou candidat.

TD 3

Entretiens avec des responsables syndicaux et/ou cadres RH. Synthèse.

Soit interviews par téléphone, en trinômes, puis débriefing à chaud ; soit intervenants dans le cours et dialogue.

Cours 9

Les professionnels et cabinets spécialisés du secteur social : analyse de témoignages

Soit intervention d’un ou deux professionnels et dialogue, soit analyse de témoignages publiés et interviews.

Revue des types d’intervenants : cabinet, organismes publics et parapublics de prévention.

Cours 10

Diversité des représentations de la relation au travail : approche interculturelle*

Etude de documents : extraits de livres de Philippe d’Iribarne et son équipe.

Cours 11

Les nouvelles formes du travail et du salariat : jobbing, relation à distance, chômage gris, découplage revenu-travail

Retour sur l’expérience des étudiants et de leurs proches dans leur génération. Tentative de formalisation des enjeux. Confrontation à la documentation (France Stratégie, Institut de l’Entreprise, Françoise Frisch « La Boulodiversité ») et aux modèles antérieurs (Karasek, Siegrist…)

TD 4

Jeu de rôles : du lancement d’un audit à sa restitution*

Soit sur l’université, soit sur le cours lui-même avec un intervenant externe comme « auditeur ».

Cours 12

Évaluation finale par étude de cas

Cas d’entreprise réelle avec fichier de réponses à une enquête de type RPS, ST ou baromètre social.

Références bibliographiques

Revues spécialisées : Liaisons Sociales, Gestion sociale, Santé et travail, Travail et changement (revue de l’ANACT)

Sites internet : www.auditsocial.org, www.inrs.fr, www.travail-emploi.gouv.fr, www.anact.fr, www.andrh.fr, www.orse.org

Ouvrages : Faut-il brûler le modèle social français ? Dominique Méda – Alain Lefebvre, 2006 En finir avec les idées fausses sur les syndicats et le dialogue social, Jean-Paul Guillot, 2015 Dialogue social et performance économique, Marc Ferracci, Florian Guyot Les outils de l’audit social, Sylvie Guerrero, 2008 Glossaire de l’audit social, Michel Jonquières, 2015 Diagnostic d’entreprise – l’économique à l’épreuve du social, Marc Bartoli

Modalités de contrôle des connaissances

Les modalités d’évaluation sont déjà définies comme 50 % contrôle continu / 50 % contrôle final.

Le contrôle final sera sur table, sous forme d’étude de cas.

L’évaluation continue se fera à environ 1 séance sur 2, dont tous les TD, à partir de travaux individuels ou en binôme. Le module demande et encourage ainsi une forte participation des étudiants ; mais ne demandera pas ou marginalement, de travail hors des séances.

Cette fréquence d’évaluation est permise par le faible effectif du groupe : avec 20 ou 30 étudiants, l’évaluation devrait certainement être allégée.

Je suppose ici que les étudiants ont, en TD et aussi idéalement en cours, chacun un ordinateur, à la fois pour faire de la recherche Google, du traitement Excel, et ponctuellement de la rédaction sur PPT. Approche pédagogique à réviser dans le cas contraire !